13 juin 2018, Commentaires Commentaires fermés sur AÉROPORT : APPROXIMATION DU GOUVERNEMENT ET AUCUN PLAN B ENVISAGÉ

Ouest-France dans son édition du week-end relate les éléments présentés par la Direction Générale de l’Aviation Civile aux élus vendredi dernier concernant le réaménagement de Nantes-Atlantique.

Ce schéma de composition générale très sommaire intervient 5 mois après la décision du gouvernement de renoncer au transfert et son approximation illustre qu’aucun plan B n’a été envisagé.

En effet, selon Ouest-France, la DGAC a annoncé un développement ultime de l’aéroport à 9 millions de passagers, c’est-à-dire dès 2030 et non 2040 comme l’annonçaient les médiateurs dont le rapport, 5 mois après sa publication, accuse déjà 5 ans de retard sur les estimations !

En parallèle, la DGAC annonce le besoin de 35.000 m2 supplémentaires dont une partie devra se faire en détruisant une partie de la forêt urbaine située au nord de la piste et sur un terrain militaire à déminer et à dépolluer en amont. Aucun délai, aucun coût n’est affiché.

De même, 5 mois après la remise du rapport qui annonçait une fermeture de la piste de 9 semaines minimum, la DGAC n’a pas encore tranché si cette fermeture était inéluctable ou pas ! 

Rien non plus sur la procédure d’extension de piste, sur la loi littoral ou sur le respect du code de l’environnement lié à la loi Natura 2000 sur le lac de Grand-lieu.

Enfin, alors que les médiateurs annonçaient 2 ans de procédures avant les premiers travaux, Ouest-France nous apprend que l’enquête publique sur le réaménagement de Nantes-Atlantique n’aura pas lieu avant 2020.

Cela prêterait à sourire si ces incertitudes ne concernaient pas l’avenir de la desserte aérienne de 8 millions de français.

Pour Guillaume DALMARD, Président des Ailes pour l’Ouest « Chaque jour qui passe démontre une expédition mal embarquée indiquant que l’Etat navigue à vue… ». Il faut quand même oser pour présenter des plans d’aménagements sur un ancien terrain militaire à déminer et présenter des schémas qui seront obsolètes dans moins de 10 ans au rythme actuel de croissance ».

L’association invite le gouvernement à prendre la mesure des conséquences de sa décision de renoncer au transfert de Nantes-Atlantique et à préparer l’avenir du Grand Ouest jusqu’en 2065 comme le prévoyait l’Aéroport du Grand Ouest : « Si le gouvernement ne revoit pas sa copie pour l’enquête publique avec des éléments précis, nul doute qu’il s’expose à une opposition massive des citoyens ».

 

Contact presse : desailespourlouest@gmail.com

Derniers articles Medef 44