6 novembre 2017, Commentaires Commentaires fermés sur NDDL – Les médiateurs ne parviennent pas à lever les doutes sur leur impartialité

Les trois associations favorables au transfert (COCETA, ACSAN et Des Ailes pour l’Ouest) étaient reçues à la préfecture de Nantes à l’invitation des médiateurs du dossier.

Faisant suite à notre interpellation par courrier (pj), les médiateurs ont souhaité apporter un certain nombre d’éclaircissements aux associations.

À l’issue de cette rencontre, les trois associations ne sont pas convaincues par les réponses obtenues.

Elles restent fortement sceptiques quant à l’impartialité de cette médiation.

« Nous avions interpellé les médiateurs sur le manque d’objectivité de leur axe de travail. Force est de constater après notre entretien que la seule hypothèse qu’ils envisagent est le réaménagement de Nantes Atlantique.

Les médiateurs ne reconnaissent pas la valeur du vote des citoyens pas plus qu’ils ne prennent en compte les conséquences sur la santé des habitants d’un éventuel maintien de l’aéroport actuel.»

Et de poursuivre,

« Les médiateurs ont choisi pour l’établissement du bilan carbone un cabinet dont les dirigeants ont pris position contre l’aéroport et qui appliquent une méthodologie qui ne prendra pas en compte la périurbanisation (consommation de terres, imperméabilisation du secteur rural, augmentation des déplacements motorisés…) inéluctable en cas d’un réaménagement de Nantes Atlantique.

Par ailleurs, nous savons que des négociations parallèles avec les opposants sont menées par les médiateurs hors des lieux officiels. Tout cela ne contribue définitivement pas à effacer les lourds soupçons de partialité qui planent sur cette médiation.»

Les trois associations regrettent enfin de ne pas avoir été associées aux choix des experts ni à la validation des missions qui leur sont confiées par la mission de médiation, ce qui est pourtant le cas des associations d’opposants.

Elles réaffirment donc leurs fortes réserves quant aux conclusions biaisées annoncées et en appellent une fois de plus à la responsabilité du chef de l’état, seul habilité à trancher ce dossier.

lettre au médiateurs

Derniers articles Medef 44