RSE et PME : Boite à idées, bonne ou mauvaise idée ?

8 mars 2017, Commentaires Commentaires fermés sur RSE et PME : Boite à idées, bonne ou mauvaise idée ?

L’exemple de l’entreprise ARTEPRINT (54 salariés)

Le dirigeant d’ARTEPRINT, Pascal JARRY, ancien rugbyman, est très attaché aux valeurs d’équipe et de cohésion de groupe. C’est pourquoi les principes d’égalité et de non-discrimination ont été les fondements de la démarche RSE de l’entreprise. Étant donné sa taille, ARTEPRINT n’a pas de personnel dédié, ni de budget alloué à la RSE. Celle-ci repose beaucoup sur la direction collégiale des trois associés et plus particulièrement sur son dirigeant. L’entreprise est également membre du Global Compact depuis 2007.

Le bon conseil

« Une démarche type boîte à idées peut s’appliquer seulement si l’entreprise a déjà mis en place un mode de communication très large et très ouvert dans un contexte de bon climat social. La boîte à idées n’est pas là pour remplacer le dialogue, mais pour l’élargir et ne doit pas devenir un instrument de règlement de comptes. En cas d’instances représentatives des salariés, il faut veiller à ce qu’elle ne soit pas interprétée comme un moyen de saborder leur légitimité. Si sa mise en place est faite dans l’optique d’alimenter des sujets lors de réunions récurrentes dans le cadre d’un dialogue ouvert et constructif, cela deviendra un outil performant pour l’entreprise. »

La bonne pratique

La mise en place d’une boîte à idées malgré une communication ouverte et très directe depuis l’origine de la société, la question d’une communication étendue pour l’ensemble des salariés s’est posée : les fortes personnalités s’exprimaient au cours des réunions et se faisaient les porte-paroles du groupe, mais les dirigeants se sont demandé si tous les salariés considéraient que leurs points de vue étaient ainsi représentés. Cette interrogation s’est accentuée après la mise en place d’une équipe de nuit : malgré les relais d’information organisés le matin ou le soir, la cohésion avec les autres salariés était plus compliquée en raison des horaires de travail différents. Il a donc paru important qu’un outil qui permettrait à tous les salariés de communiquer librement soit mis en place.

La boîte à idées a été présentée pour la première fois lors d’une réunion trimestrielle et a été présentée comme un outil positif :

• Quoi : Toutes les demandes (sauf personnelles), quel que soit le sujet.

• Pourquoi : Pour identifier un sujet qui n’a jamais été abordé, un sujet qu’on n’ose pas aborder en public ou qui n’a pas été bien approfondi lors d’une réunion précédente.

• Comment : message anonyme ou non, dactylographié ou non, mais daté et avec des propositions (si possible).

Au début, la boîte à idées restait désespérément vide mais cela a changé le jour où les employés ont compris que les idées mises à l’intérieur étaient lues, discutées et prises en considération par la direction.

Les résultats pour l’entreprise

• Réaménagement de certains postes de travail, renouvellement de l’affichage, revue du plan de circulation dans les locaux, mise en place de certains guides (éco-conduite, gestion des déchets pour une meilleure appréhension) avec participation de salariés volontaires.

• Découverte de petits conflits notamment lors des passations des équipes, ce qui a permis de les aplanir.

• Mise en place par écrit de certaines procédures.

• Organisation d’une grande réunion une fois par an où tout le personnel est présent afin d’aborder tous les sujets mis au jour par la boîte à idées (avec à son issue des prises de résolutions, des délais définis et la nomination d’acteurs et budgets alloués le cas échéant).

Pour les salariés, la boîte à idées est devenue un moyen de communication comme un autre et ils s’en servent surtout pour proposer des sujets qu’ils souhaitent voir abordés lors des réunions. La direction s’est aperçue que même en instaurant un dialogue ouvert, cela ne permettait pas réellement d’avoir le ressenti des salariés et la formulation de leurs critiques (dont la majorité sont constructives).

Même dans une petite société comme ARTEPRINT, où il règne un bon climat social, il existe certaines barrières à l’expression libre. La boîte à idées a permis de mettre cela en évidence et de supprimer les freins à la communication.

 

Pour en savoir +

Derniers articles Medef 44