12 septembre 2018, Commentaires Commentaires fermés sur TÉMOIGNAGE FRÉDÉRIC MONNIER GRAFIPOLIS

GRAFIPOLIS : UN MANDATAIRE ACTIF TÉMOIGNE…

Devenir mandataire du Medef 44, ce n’est pas tenir le rôle de… figurant. Bien au contraire. En candidatant auprès de l’organisation patronale, pour exercer un mandat dans les instances paritaires ou non, l’adhérent du Medef 44 a fait le choix d’être un ambassadeur « actif » des entreprises. De représenter leurs intérêts, de porter leur voix et de contribuer, par là, à faire bouger les lignes du territoire. Aujourd’hui, plus de 300 chefs d’entreprise adhérents s’engagent ainsi activement – et bénévolement – dans une centaine d’instances (CA, comités, commissions, etc.), auprès de 76 organismes comme la CCI Nantes/Saint-Nazaire, les Tribunaux de commerce, le Fongecif ou encore les Conseils de Prud’hommes, l’Urssaf, le Tass, l’Opcalia, l’Université, la médecine du Travail, le Girpeh, Action Logement, le Ceser.

UNE RESPONSABILITÉ À L’ÉGARD DU TERRITOIRE

C’est le cas de Frédéric Monnier, depuis deux ans et demi. Après avoir pris en 2014 son adhésion au Medef 44, et avoir participé au comité de pilotage de l’Université Jules Verne, le chef d’entreprise apprend qu’un mandat est vacant à Grafipolis, l’école des métiers graphiques et plurimédia basée sur l’Ile de Nantes. Un secteur, pour lequel il a une appétence particulière. Co-gérant et associé de la société nantaise Midi et Demi (70 salariés), spécialisée dans la restauration d’entreprise et de ses événements, le dirigeant a exercé près de 25 ans, auparavant, dans la communication et le marketing. Aussi le mandat, dont on lui parle, colle-t-il à ses aspirations. « Je crois beaucoup à l’engagement qui constitue, pour moi, une vraie responsabilité à l’égard du territoire, commente Frédéric Monnier. Je cherchais de plus un mandat dans lequel ma valeur ajoutée, acquise durant mon parcours professionnel, pourrait présenter un intérêt.« 

ARMER LES JEUNES POUR DEMAIN

En février 2015, c’est chose faite. L’entrepreneur intègre le Conseil de perfectionnement de Grafipolis comme mandataire du Medef 44. Placé sous l’autorité de la directrice de l’école, le conseil de perfectionnement – une obligation légale pour tout CFA – est tenu informé des aspects pédagogiques et de la gestion financière de la structure. Composé à parité égale de différents représentants (direction du CFA, élu régional, représentants des apprentis, des syndicats patronaux ou de salariés, etc), il a un rôle consultatif sur de nombreuses questions : ouverture ou fermeture de sections d’apprentissage, évolutions budgétaires, actions éducatives… De quoi nourrir la réflexion du conseil d’administration, l’instance de décision.

Dans ce cadre, lors des trois réunions programmées chaque année, Frédéric Monnier a fait de son investissement un levier pour « faire matcher les entreprises et les apprentis du CFA« . Et apporter à ces derniers davantage de clés d’intégration sur le marché du travail. « Dans ce vaste monde de la communication, il faut que nous arrivions à mieux former les jeunes de notre territoire aux emplois de demain. C’est notre devoir!« , affirme le chef d’entreprise.

OUVRIR DES PORTES ENSEMBLE

L’engagement du mandataire du Medef 44, pour Grafipolis, est un atout. Avec des apports que sa directrice, Chantal Aboudeine, mesure. « Assidu et très actif au sein du Conseil de perfectionnement, Frédéric Monnier contribue à des échanges riches en idées nouvelles, qui sont avancées, discutées et enrichies, commente-t-elle. Ces discussions me permettent d’avoir un regard extérieur, toujours intéressant, sur les projets de Grafipolis. » Selon la responsable, le Conseil de perfectionnement se prête d’ailleurs à cela. « Sans être sous la contrainte d’enjeux directs, cette instance favorise une parole libérée sur les différentes thématiques abordées. Dans une logique de rapprochement écoles/entreprises, nous pouvons ainsi croiser nos points de vue et mieux nous comprendre« , ajoute-t-elle.

D’AUTRES PROJETS EN PROLONGEMENT

Au fil du temps, et des réflexions bâties avec d’autres participants de ce conseil, des liens se sont tissés entre Chantal Aboudeine et Frédéric Monnier. Tandis que la directrice souligne « la qualité et l’authenticité » de cette collaboration, le chef d’entreprise évoque une certaine « complicité » constructive. « Tous deux pro-actifs, nous partageons cette volonté d’aller de l’avant, de tester un certain nombre de projets et d’ouvrir des portes ensemble. » En témoigne le projet en cours, prolongement de cette collaboration. En novembre prochain, Frédéric Monnier doit ainsi intervenir auprès d’une quinzaine de formateurs en BTS. Objectif : échanger sur l’importance de former activement les jeunes à la relation client.

Derniers articles Medef 44